Été 2018 : Les Rendez-vous

Par . Publié le 02/07/2018



Julidans

Jusqu’au 15 juillet, le festival Julidans se tient dans six lieux à Amsterdam. À cette occasion, le cours tranquille des canaux de la capitale néerlandaise sera agité par une programmation bouillonnante. Si plusieurs soirées sont organisées pour donner une visibilité à de jeunes chorégraphes du cru, Arno Schuitemaker, Guilherme Miotto, Cecilia Moisio et Ineke Vandoorn entre autres, le public se pressera tout aussi avidement pour (re)découvrir les grandes créations qui ont marqué la saison qui se termine. En effet, Marlene Monteiro Freitas présente, quelques semaines après sa première à Montpellier son délirant Canine Jaunâtre 3 avec les danseurs de la Batsheva, Dorothée Munyaneza fera à nouveau vibrer ses récits du génocide rwandais dans Unwanted et les jeunes français (LA) HORDE déploieront l’énergie martiale de leur To Da Bone.

ImPulsTanz

Comme chaque année depuis maintenant trente-quatre ans, Vienne devient, pendant un mois du 12 juillet au 12 août, le cœur battant du champ chorégraphique européen. Au delà d’un événement programmatique qui voit se succéder une multitude de spectacles et de performances d’artistes plus ou moins reconnus auxquels le festival a toujours été fidèle (Anne Teresa de Keersmaeker & Jean-Guihen Queyras, Dave St Pierre, Pierre Rigal, Marie Chouinard, Meg Stuart, Mark Tompkins, Trajal Harrell…), Impulstanz est aussi un grand rendez-vous professionnel. Vienne accueille des milliers de danseurs du monde entier pour participer à des workshops et des cours techniques (auprès des plus grands pédagogues de ces dernières années, comme Peter Jasko, Janet Panetta, Benoît Lachambre ou David Zambrano), mais également pour assister à des restitutions de projets de recherche et pour prendre part à des rencontres professionnelles durant lesquelles s’échangent les points de vues, les informations et les savoirs-faire des différents métiers de la danse.

Paris l’été

Pour l’édition précédente, les nouveaux directeurs du festival Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel (également en poste au Montfort) avaient décidé de lui faire changer de nom : Paris Quartier d’été est devenu en 2017 Paris l’été. Du 16 juillet au 4 août, pour sa 28e édition, le festival continue sa mue, sans pour autant oublier son héritage. Profitant des fermetures estivales des théâtres et des salles de concert, Paris l’été s’éclate dans une multitude de lieux publics, de monuments nationaux et d’espaces en extérieur, du Parc George Brassens au Château de Chamarande, en passant l’église du Sacré-Coeur ou la Piscine Pailleron. Si la programmation est pluri-disciplinaire, le théâtre et la danse y ont toujours occupé une place particulière. Olivier Dubois et son virulent Tragédie, Serge Aimé Coulibaly et son enfiévré Kalakuta Republik, Jan Martens et le doux-amer Ode to the attempt, ou encore Steven Michel et son vivifiant They might be giants permettront aux touristes et aux parisiens casaniers de patienter avant le début de la saison prochaine.

Tanz im August

Autre rendez-vous européen de l’été : Tanz Im August à Berlin. La capitale allemande accueille, du 10 août au 2 septembre une programmation fleuve dans les grands lieux de son paysage culturel, le Volksbühne, le Deutsche Theater, ou encore le Hau. Ici encore un programme mêlant des grandes compagnies internationales (à l’image du Ballet de l’Opéra de Lyon, qui présente la soirée « Trois Grandes Fugues », enchaînant des pièces de Lucinda Childs, Maguy Marin et Anne Teresa de Keersmaeker) et des travaux plus confidentiels, tels que Trrr de Thiago Granato, Oh Louis … de Robyn Orlin, solo grandiloquent pour l’ancien danseur de l’Opéra de Paris Benjamin Pech, le cinquième opus des « services » performatifs d’Adam Linder, ou la nouvelle création d’Alexandra Bachzetsis, Private Song, qui étudie les rapports d’intimité entre les performeurs et leur public.

FAR° Festival des Arts Vivants

Nyon, la petite bourgade vaudoise baignée par les placides eaux du Léman accueille de nouveau cette année le FAR° Festival des Arts Vivants du 17 au 25 août. Au coeur de l’Europe, le festival accueille des artistes venu d’une multitudes de pays, d’une grande hétérogénéité esthétique, mais ayant tous plus ou moins comme point commun de proposer des travaux aux lisières entre théâtre, écriture, chorégraphie et performance. L’espagnol Juan Dominguez se définira volontiers comme un « clown conceptuel », la grecque Lenio Kaklea transposera son travail de terrain conçu à Aubervillers, Encyclopédie pratique, portraits choisis et questionnera dans, A Hand’s Turn les portées et les intentions du geste. Aussi, le belge Michiel Vandevelde, avec Andrade, produira un véritable « Manifeste Anthropophage » chorégraphique, Eszter Salamon érigera son Monument 0.5 The Valeska Gert Monument, sorte d’anti-pierre tombale qui spécule sur des oeuvres oubliées de Valeska Gert et Rita Natálio & João dos Santos Martins présenteront leur Anthroposcènes, interrogeant les rapports des corps à leurs environnements, abordant les questions écologiques « par delà nature et culture ».

Festival International des Brigittines

Pour cette nouvelle édition, qui se tiendra du 17 août au 1er septembre, la programmation du Festival International des Brigittines a été pensée de façon curatoriale, autour d’un thème aussi actuel qu’urgent à traiter. Sous-titré cette année « Antidotes pour époque toxique », il part en effet de l’idée que les pratiques artistiques sont parmi les réactions les plus effectives pour penser le monde autrement, déplacer les structures de pensée établies et proposer des alternatives aux politiques économiques, culturelles, ou autre, bien décevantes de ces dernières années. Ainsi Louis Vanhaverbeke propose une perception du monde aussi fantaisiste que séduisante dans Multiverse, Tomeo Verges approche les questions féministes dans Que du Bonheur (?), Euripides Laskaridis convoque des images poétiques, mythologiques et troubles dans Titans et Simon Mayer, avec son Sons of Sissy dessine de nouvelles écologies du regard… Un art au service du futur.

Photo Anthroposcènes © José Carlos Duarte


Partagez cette page


http://www.maculture.fr/rendez-vous/ete-2018/