Mimi, Scènes de la vie de bohème, Guillaume Vincent

Par . Publié le 20/11/2014



Des matelas inondent le parterre du Théâtre des Bouffes du Nord, la carcasse d’une voiture trône près d’une statue de la vierge marie coté jardin, et une enseigne Kronenbourg surplombe de hauts sapins artificiels coté cour. En tenue de protection, Christophe Gay, qui interprète Marcel, s’improvise peintre avec un pistolet de paint-ball et une toile. Derrière un grand rideau de tulle brodé, une scène surélevée accueille l’orchestre de l’Ensemble Court-circuit dirigé par Jean Dernier.

Le plateau de Mimi, Scènes de la vie de bohème est un grand bazar maitrisé, un capharnaüm qui abrite des animaux empaillés et autres objets hétéroclites qu’on détaille avec curiosité pendant l’arrivée des derniers spectateurs. Après The Second Woman, un opéra librement inspiré du film Opening Night de John Cassavetes, le metteur en scène Guillaume Vincent retrouve le compositeur Frédéric Verrières, le dramaturge Bastien Gallet et l’Ensemble Court-circuit. Loin de l’idée d’adapter La Bohème de Giacomo Puccini, cette équipe aux doigts d’or s’est affairée à décortiquer et déconstruire cet opéra mythique pour mieux l’apprivoiser et le faire « résonner ici et maintenant ».

Guillaume Vincent invite les figures d’une Pussy Riot, Zahia, Manuel Valls et Fleur Pellerin à la FIAC et n’hésite pas à faire référence à la sculpture désormais célèbre Tree de Paul McCarthy en disséminant dans le décor des butt plug de différentes tailles. La distribution audacieuse, et plutôt réussie, fait se côtoyer des chanteurs lyriques et pop : nous avons donc la surprise de voir réunis sur une scène des visages révélés par des télés-crochets, Camélia Jordana et Caroline Rose, et des chanteurs lyriques classiques tels que Judith Fa et Christian Helmer.

Les interprètes chantent, crient dans des mégaphones, fredonnent, murmurent… Étonnante combinaison donc, qui détonne parfois, mais qui permet également de nous faire voyager à travers des propositions aussi ambitieuses que réussies. Les puristes insatiables pourront aller à l’Opéra Bastille se consoler, où La Bohème est jouée jusqu’au 31 décembre 2014.

Vu au Théâtre des Bouffes du Nord. Librement inspiré de La Bohème de Giacomo Puccini. Musique Frédéric Verrières Livret Bastien Gallet. Mise en scène Guillaume Vincent. Direction musicale Jean Deroyer. Chef de chant Jean-Yves Aizic. Scénographie James Brandily. Costumes Fanny Brouste. Réalisation informatique musicale Ircam – Robin Meier Conseil gestuel Daniel Larrieu. Lumières Sébastien Michaud. Assistante à la mise en scène Tali Serruya Collaboration artistique Marion Stoufflet. Avec Pauline Courtin, Judith Fa, Christophe Gay, Christian Helmer, Camélia Jordana, Caroline Rose et l’Ensemble Court-circuit. Photo de Pascal Victor / ArtComArt.

Tournée 2014-2015

– le 14 novembre 2014 au Théâtre de Cornouaille, Scène nationale de Quimper
– du 18 au 26 novembre 24 au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris
– du 7 au 9 janvier 2015, Croatian National Theatre Zagreb, Croatie
– le 14 et 15 janvier 2015 à la Comédie de Reims
– du 19 au 21 janvier 2015 au Théâtre d’Arras
– le 24 janvier 2015, Le Forum / Scène conventionnée de Blanc-Mesnil
– le 29 et 30 janvier 2015, Le Parvis àTarbes
– le 3 et 4 février 2015 à l’Espace Jean Legendre à Compiègne
– le 8 février 2015 au Théâtre Luxembourg à Meaux
– le 13 et 14 février 2015 au Grand Théâtre d’Aix-en-Provence


Partagez cette page


http://www.maculture.fr/opera/mimi-scenes-vie-boheme-guillaume-vincent/