Marco Berretini « Revenir à la danse »

Propos recueillis par . Publié le 24/11/2014



Danseur et chorégraphe italien, Marco Berrettini est né en 1963 en Allemagne et est aujourd’hui basé en Suisse. Invité au Théâtre de la Cité Internationale dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, il y présente le duo édenien iFeel2 avec Marie-Caroline Hominal jusqu’au 25 novembre. À cette occasion, il a accepté de répondre à nos questions.

Comment s’est écrit la partition chorégraphique ? Avec Marie Caroline Hominal ? Avec la musique de Samuel Pajand ?

La partition chorégraphique a été écrite à partir de la simple idée du six temps, en écoutant la bande son ; car la bande de son existait avant le début des répétitions avec Marie-Caroline. J’avais envie de revenir à la danse, à l’écriture chorégraphique abstraite, après des nombreuses années au sein du danse-théâtre. Chaque collaborateur de la création, Marie-Caroline, le musicien, le scénographe, la costumière, étaient au courant et intéressés par les sujets de travail que j’ai posé au début. À partir de là, chacun a fait son travail un peu dans son coin, tenant compte de l’évolution des travaux des autres Samuel Pajand et moi avons réalisé ensemble la bande de son et ce sont nos voix qui chantent. Marie-Caroline m’a aidée à l’élaboration de la chorégraphie

Le regard est très important, sur scène, vous êtes en constance connexion visuelle avec votre partenaire Marie-Caroline Hominal.

Oui, il s’agissait d’une ascèse, d’un exercice. Se comprendre soi même à travers le regard de l’autre. En se plongeant dans ses yeux; on y voyant le pire et le meilleur, que forcément , elle allait voir aussi dans mes yeux. Un exercice physique que je nommerai introspection

Comment le décor a-t-il fait son apparition ?

Victor Roy, le scénographe, et moi, avons beaucoup discuté des sujets du spectacle : le retour de la religion au sein de la société américaine ; sa lutte contre la théorie Darwinienne. Il était question de notre planète, de l’évolution, des espèces. Ensuite Victor a eu l’idée des plantes vibrantes.

Un couple à moitié nu dans un jardin artificiel, une troisième figure qui leur propose à manger. Difficile de ne pas y voir l’image d’Adam et Eve, ça n’a pourtant jamais été votre intention…

Jamais, mais vous n’êtes pas le premier à l’évoquer; pour ma part , il est plus question de deux êtres humains, de la transfiguration, la transcendance, la mutation, l’énergie qui circule.

Direction artistique et conception, Marco Berrettini. Avec Marco Berrettini, Marie-Caroline Hominal, Samuel Pajand. Musique, Summer Music. Scénographie et lumière, Victor Roy. Photo de  Marie Jeanson.


Partagez cette page


http://www.maculture.fr/entretiens/marco-berretini-ifeel2/