Trisha Brown à Chaillot : Les Adieux à la Reine

Par . Publié le 06/11/2015



Steve Paxton au Théâtre des Abbesses, Yvonne Rainer au Louvre, Lucinda Childs au Théâtre de la Ville… Quelle chance incroyable de voir à Paris depuis quelques semaines ces grands noms de la danse post-moderne américaine. Invitée par le Festival d’Automne à Paris dans le cadre de son programme « American Dance » Trisha Brown, autre membre fondateur du Judson Church Theater, présente au Théâtre National de Chaillot quatre pièces de son répertoire couvrant une période allant de 1976 à 2011. Intitulé Proscenium Tour, cet événement est d’autant plus important puisqu’il s’inscrit ici dans la dernière grande tournée mondiale de la compagnie de la chorégraphe qui s’apprête à fêter aujourd’hui son 79ème anniversaire.

Prolifique et féconde, l’oeuvre de Trisha Brown compte plus d’une centaine de pièces. Faire aujourd’hui une sélection drastique et représentative du travail de la chorégraphe à travers ce répertoire anthologique est un exercice délicat mais c’est avec une grande pertinence que la compagnie a construit ce programme qui brasse plusieurs décennies. Solos Olos (1976), Son of Gone Fishin’ (1981) et le duo Rogues (2011) mettent en exergue l’écriture fluide et rigoureuse de la chorégraphe. On reste fasciné par ces compositions vives et minimales que dessinent les jeunes danseurs animés par une visible joie de danser. Les figures se font écho et résonnent en se dupliquant dans de fascinantes séquences où les mouvements se font à l’unisson et en miroir. PRESENT TENSE (2003), dernier spectacle du programme, témoigne des nombreuses collaborations que la chorégraphe a pu entreprendre avec des plasticiens et des compositeurs. Les danseurs évoluent devant un fond de scène coloré, grande peinture abstraite de l’artiste américaine Elizabeth Murray, et sur la musique de John Cage. Véritable explosion de couleurs, PRESENT TENSE conclut en apothéose la soirée.

Ce voyage à travers l’oeuvre de Trisha Brown montre une nouvelle fois la force et l’intelligence de cette écriture volubile qui ne cesse d’évoluer et de se réinventer plusieurs décennies après avoir vu le jour. Assister à ce programme tout en sachant que la compagnie fait ses adieux à la scène ne peut que rendre cet événement aussi précieux que solennel. L’oeuvre de Trisha Brown ne cessera cependant pas radicalement de briller puisque la compagnie prépare de nouvelles formes hors de la scène traditionnelle, en extérieur ou dans des musées, comme la chorégraphe a pu déjà le faire ces dernières années avec ses Early Works ou récemment avec le magnifique Roof Piece donné sur les toits de Pantin autour du Centre National de la Danse.

Vu au Théâtre National de Chaillot dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Chorégraphie de Trisha Brown. Solo Olos (1976) Lumières Hillery Makatura. Son of Gone Fishin’ (1981) Musique originale Robert Ashley, Lumières John Torres / Costumes Judith Shea. Rogues (2011) Musique originale Alvin Curran / Lumières John Torres / Costumes Kaye Voyce. PRESENT TENSE (2003) Conception visuelle et scénographie Elizabeth Murray Musique originale John Cage / Lumières Jennifer Tipton. Directrices artistiques associées Carolyn Lucas, Diane Madden. Danseurs Cecily Campbell, Marc Crousillat, Olsi Gjeci, Leah Ives, Tara Lorenzen, Jamie Scott, Stuart Shugg. Photo de Stephanie Berger.


Partagez cette page


http://www.maculture.fr/danse/trisha-brown-proscenium-tour/