BiT, Maguy Marin

Par . Publié le 09/11/2014



Main dans la main, une farandole d’interprètes apparaît lentement sur scène en marquant le pas sur le rythme d’une musique techno. Le volume s’intensifie, les beats mènent la cadence et entraînent le groupe à travers de grandes plateformes inclinées qui jalonnent leur parcours. Aux rythmes des pulsations sonores et des lumières stroboscopiques, les six danseurs vont traverser le plateau, sillonner les pentes et offrir une version clubbing de la danse sirtaki.

Des précédentes créations de Maguy Marin, il nous reste en mémoire des corps feutrés et l’obscurité profonde du plateau. De Description d’un combat en 2009 à Singspiele la saison dernière, en passant par Faces pour le Ballet de l’Opéra de Lyon en 2011, la chorégraphe n’a jamais été là où on l’attendait. Ces dernières pièces mettaient l’accent sur le silence et l’indolence des mouvements. À contrario, sa nouvelle création BiT est portée par l’énergie corporelle de ses interprètes eux mêmes transportés par une musique électro étourdissante.

Entre deux vagues folkloriques, Maguy Marin insère des tableaux vivants de clair obscur rappelant la narration et l’esthétique de ses pièces Salves et nocturnes. Dans la pénombre, les danseurs vont glisser lentement sur un des plans inclinés et former une cascade de corps, torrent de chair qui découlera en rivière charnelle. Se succéderont des étranges scènes, dont une déroutante séquence où des figures ecclésiastiques masquées violeront tour à tour une femme étendue sur le sol.

Oeuvre aussi mystérieuse que révélatrice, BiT marque une véritable rupture avec les précédentes pièces de Maguy Marin mais s’inscrit avec intelligence et subtilité dans le parcours de la chorégraphe, espérons que les prochaines créations de la compagnie (qui va prochainement s’implanter à Sainte-Foy-lès-Lyon) seront emportées dans cette vague aussi énergique qu’euphorisante.

Vu au Théâtre des Abesses, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Conception, Maguy Marin, en étroite collaboration avec Ulises Alvarez, Kaïs Chouibi, Laura Frigato, Daphné Koutsafti, Mayalen Otondo, Cathy Polo et Ennio Sammarco. Direction technique et lumière, Alexandre Béneteaud, musique, Charlie Aubry, décors et accessoires, Louise Gros et Laura Pignon, costumes, Nelly Geyres. Photo de Didier Grappe.


Partagez cette page


http://www.maculture.fr/danse/bit-maguy-marin/